Clan Rôle Play de Rykke-Errel
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesCalendrierS'enregistrerConnexion

post haec


Partagez | 
 

 Al' Katraz Kaban

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Katraz

avatar


Masculin Divinité Iop
Messages Messages : 240

MessageSujet: Al' Katraz Kaban   14.06.13 11:33

PROLOGUE :


Originaire de Bonta, Katraz a passé une enfance, tantôt riche et prospère, tantôt pauvre et misérable. Après la mort de son père (ce qu'il s'obstine de croire, celui-ci étant en réalité le Capitaine de l'équipage des Vagues-à-bond), Katraz travailla dans le domaine de l'alchimie avec Otomaï, maître dans l'art des potions. Le jour de son quinzième anniversaire, sa mère mourut lors d'une explosion. Il obtint son diplôme deux ans plus tard, avec la plus haute mention. Bientôt, l'élève dépassa le Maître. Ce qui s'en suivit fut bien plus terrible que vous ne le croyez...
Laissez-vous emporter par ce récit, et ce récit vous emportera...


HISTOIRE :

  On entendait l'agitation et le bruit. Les cris et les pleurs de certains retentissaient entre les murs sombres de la prison de Madrestam. Les soldats en armure hissaient les torches, ou affutaient leurs armes. Un grand homme ouvrit la porte et c'est en cet instant que le silence fut. Les soldats alignés saluaient le général qui passait dans l'allée. Un homme s'approcha soudainement de lui et lui dit :
-Des nouvelles ?
Il avait la peau livide et suait comme un porsalu. Ses cheveux en pétard laissaient paraitre sa désorganisation et il respirait difficilement. Le Général lui répondit d'un ton sec :
-Aucune. Les souterrains sont trop profonds et blindés. Les crocs glands enragés l'achèveront avant qu'il n'arrive ici. Restez sur vos gardes ... au cas où.
Une voix retentit au fond de la salle :
-On aurait dû achever ce truand ! C'est de votre faute si on en est à ce point ! Vous ne valez pas mieux que lui, espèce de Mama Bwor...
Une dague siffla les airs et transperça le coup du soldat. Tous regardèrent la provenance de l'attaque. Un disciple d'Ecaflip prit la parole :
-Au lieu de pleurnicher comme une Fécatte, levez-vous et prouvez votre bravoure !
-Ce n'était pas la peine de tuer l'un de nos hommes ! dit le Général
-Je n'aime tout simplement pas les lâches, ce pendard méritait de mourir.

La porte du fond retentit. Une lourde porte, ceint de cadenas et de planches en acier. On put entendre des cris de l'autre côté.
-Surveillez bien La porte. Que ce mécréant ne sorte pas de sa cellule ! Je ne veux aucun acte de déshonneur ou de lâcheté ! cria le Général
La porte retentit de plus belle.
-Position défensive ! cria l'homme aux cheveux en pétard
-Que Iop soit avec nous... murmura le Général

La porte éclata.

À SUIVRE


Les guerriers dans les plaines,
Dévalent les montagnes,
Poison dans les fontaines,
Traîtrise dans nos campagnes.

Sous une marée de mercenaires,
Nous devons tenir les rangs,
Nous devons tous les mettre à terre,
Nos épées tâteront leur sang.

Que l’on brandisse les épées,
Que l’on fasse sonner le cor,
Vers la gloire, nous devons avancer,
Et demain ...
… nous marcherons sur l’or.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katraz

avatar


Masculin Divinité Iop
Messages Messages : 240

MessageSujet: Re: Al' Katraz Kaban   29.06.13 12:12

2 ANS AUPARAVANT

Nous voici dans la canopée de l'arbre Hakam. Un endroit exotique où les savants et alchimistes peuvent travailler en paix sur de nouvelles expériences. Les poolays voletaient au-dessus des huttes en poussant des cris graves et les kaskargos roulaient sur eux en bavant.

Dans une de ces huttes se trouvait Katraz, un alchimiste puissant mais dont les idées tombaient souvent en échec. Pas toutes, heureusement. Sa hutte était plongée dans l'ombre. Il était debout, devant ses alambics et ses erlenmeyers, en train d'extraire différentes parties d'un bitouf et de les broyer avec les autres. Il transpirait et ses nerfs étaient sous pression. Un peu plus loin sur sa table de travail, on pouvait apercevoir un plan d'une bombe roublarde ainsi que ses composants. Il sortit une grosse fiole ronde et la remplit du liquide fait de restes de bitouf.

Un sourire illumina son visage. Il était devenu si heureux qu'il faillit faire tomber la fiole. Il ouvrit la porte de sa demeure et couru partout dans le village en criant :
-HEURAIKAH !

La phrase deviendra culte; la légende raconte même qu'il était tout nu à ce moment-là...

 Mais ce que la légende ne raconta pas, c'est qu'au coin de l'ombre, un personnage regarda la scène et s'en alla furtivement.


Les guerriers dans les plaines,
Dévalent les montagnes,
Poison dans les fontaines,
Traîtrise dans nos campagnes.

Sous une marée de mercenaires,
Nous devons tenir les rangs,
Nous devons tous les mettre à terre,
Nos épées tâteront leur sang.

Que l’on brandisse les épées,
Que l’on fasse sonner le cor,
Vers la gloire, nous devons avancer,
Et demain ...
… nous marcherons sur l’or.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Al' Katraz Kaban

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Compagnie des Zindes - Rykke-Errel :: PARTIE RÔLE PLAY :: Bibliothèque de Maze Harryne-