Clan Rôle Play de Rykke-Errel
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesCalendrierS'enregistrerConnexion

post haec


Partagez | 
 

 Journal de Bord

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sibelius
MJ
MJ
avatar


Masculin Divinité Athée
Âge Âge : 35
Origines Origines : Peuple Lenald
Compétences Compétences : Cuisine, bâton, susciter de la pitié
Messages Messages : 1083

MessageSujet: Journal de Bord   18.06.13 18:12


Le journal de bord de la Compagnie des Zindes a pour but de résumer l'avancée des épopées vécues par ses membres. À ce titre, chacun est libre d'y écrire le résumé de ses aventures effectivement jouées en jeu, même si elles ne concernent pas la Compagnie, tant qu'elles ont été faites avec d'autres membres ou des personnes extérieures, et que le BG des acteurs soit identique au BG des Zindes associés.

Le résumé des sessions impliquant l'Histoire de la Compagnie seront en plus toutes recensées sur ce post, dans un souci de lisibilité, puisqu'il s'agit des péripéties les plus importantes à garder en tête. Par conséquent elles seront particulièrement soignées sur leur forme.

N'hésitez pas à agrémenter vos pages de journal par quelques images, cela est toujours plus plaisant à lire. N'oubliez pas non plus de préciser la date RP à laquelle il s'est déroulé, le plus simple étant d'adopter la forme suivante :

Date du récit type 11 Maisial 644 : Corps de votre page de journal.

CHAPITRE I:
 

CHAPITRE II:
 

Chapitre III:
 




Dernière édition par Sibelius le 20.07.15 13:33, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sibelius
MJ
MJ
avatar


Masculin Divinité Athée
Âge Âge : 35
Origines Origines : Peuple Lenald
Compétences Compétences : Cuisine, bâton, susciter de la pitié
Messages Messages : 1083

MessageSujet: Re: Journal de Bord   18.10.14 9:01

17 Octolliard 644 - Un Gardien réticent:
 

23 Octolliard 644 - Pitufo contre Frakacia:
 




Dernière édition par Sibelius le 20.07.15 13:32, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sibelius
MJ
MJ
avatar


Masculin Divinité Athée
Âge Âge : 35
Origines Origines : Peuple Lenald
Compétences Compétences : Cuisine, bâton, susciter de la pitié
Messages Messages : 1083

MessageSujet: Re: Journal de Bord   31.10.14 16:44

31 Octolliard 644 - Retour de Burnington:
 




Dernière édition par Sibelius le 20.07.15 13:32, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sibelius
MJ
MJ
avatar


Masculin Divinité Athée
Âge Âge : 35
Origines Origines : Peuple Lenald
Compétences Compétences : Cuisine, bâton, susciter de la pitié
Messages Messages : 1083

MessageSujet: Re: Journal de Bord   03.11.14 18:14

2 Novamaire 644 - Une surprise pour Narya:
 




Dernière édition par Sibelius le 20.07.15 13:32, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sibelius
MJ
MJ
avatar


Masculin Divinité Athée
Âge Âge : 35
Origines Origines : Peuple Lenald
Compétences Compétences : Cuisine, bâton, susciter de la pitié
Messages Messages : 1083

MessageSujet: Re: Journal de Bord   23.12.14 16:48

21 Descendre 644 - Un certain Garyon:
 




Dernière édition par Sibelius le 20.07.15 13:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sibelius
MJ
MJ
avatar


Masculin Divinité Athée
Âge Âge : 35
Origines Origines : Peuple Lenald
Compétences Compétences : Cuisine, bâton, susciter de la pitié
Messages Messages : 1083

MessageSujet: Re: Journal de Bord   09.02.15 16:57

LA XXIIIÈME PLANCHE - CHAPITRE I


7 Flovor 645 : Une énième fois, les esprits échauffés des Zindes se heurtaient entre eux à force de ressasser la sombre épopée de la Compagnie à travers ces bien piètres dernières années. En bon conciliateur, Nohkawa proposa à l'assemblée de changer d'air, et de nous retrouver en des lieux plus ouverts et plus frais que le manoir de Lhambbada. C'est donc à la taverne d'Astrub que nous nous sommes rejoints afin de noyer notre chagrin dans quelques chopines mousseuses.


Nos oreilles indiscrètes perçurent de notre tablée le récit d'un certain Savigny. Ce dernier parlait en des termes forts élogieux de son épopée à bord du Méduze, fier navire qui fit hélas naufrage. Nos poils se hérissèrent soudain quand il adjoignit à son témoignage la tristement célèbre formule « XXIIIÈME PLANCHE ». Il obtint directement notre attention, et fut quelque peu surpris, avant d'être contraint de nous livrer davantage de détails sur ce naufrage.


Savingy se trouva un peu embêté, lui-même déclarant être un ancien Zinde ayant déserté à la suite de cette mésaventure pour ne pas subir davantage de sévices de la malédiction. Par ailleurs, avant de partir consommer son heure avec sa catin, le disciple d'Éniripsa nous déclara la manière dont il avait regagné la côte : grâce à l'aide d'une mystérieuse sirène. Voilà de quoi donner un semblant de piste à nos Zindes pour démarrer l'enquête de cette maudite « XXIIIÈME PLANCHE ».




Dernière édition par Sibelius le 20.07.15 13:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sibelius
MJ
MJ
avatar


Masculin Divinité Athée
Âge Âge : 35
Origines Origines : Peuple Lenald
Compétences Compétences : Cuisine, bâton, susciter de la pitié
Messages Messages : 1083

MessageSujet: Re: Journal de Bord   13.04.15 9:37

LA XXIIIÈME PLANCHE - CHAPITRE II


12 Aperirel 645 : Après les récents événements à la Taverne d'Astrub, notre rencontre avec ce mystérieux naufragé Savigny, et son récit impliquant une sirène ; nous avons décidé d'obtenir davantage d'informations sur ces créatures marines. Ce n'était pas grand-chose, mais nous n'avions aucune autre piste concernant la « XXIIIÈME PLANCHE ». Les Zindes et leurs Sympathisants eurent immédiatement l'idée d'aller quérir des informations au port de Madrestam.




Hélas, la rue du quai était bien vide pour un dimanche après-midi. Jacques-Kerr, par génie ou par folie, nous aiguilla néanmoins vers la Maison du Crime non loin de là. Alors que nous inspections les lieux, déserts, une sorte de femme un peu pirate dans l'âme avec deux gros sacs sur les épaules fit irruption. Elle semblait préoccupée par notre présence malvenue dans sa demeure, et nous somma de partir sur le champ. Nous négociâmes des informations sur les sirènes contre notre départ, et notre silence sur les sacs. Selon elle, les sirènes étaient avant tout des créatures légendaires. Toutefois, elle nous indiqua Homair, un écrivain résidant au temple Éniripsa, qui en saurait beaucoup sur ces bêtes-là.




Si Homair était bien écrivain, la femme pirate oublia de nous préciser qu'il était à la retraite, aveugle, et un peu sénile. Après quelques ardues discussions, il fut convenu que l'homme nous en dirait davantage sur les sirènes si une paire de mains expertes pouvait lui masser les panards. Narya, confirmant l'altruisme de ses pairs, se mit à l'ouvrage non sans quelques haut-le-cœur. Satisfait, Homair nous apprit notamment que pour rencontrer des sirènes, il fallait les attirer au bord de mer en leur déclarant notre flamme, et surtout, en leur offrant des chocolats bien spécifiques. Les chocolats fondants de Thierry Vaillon. Sans demander notre reste, nous filions à l'adresse indiquée.




Le chocolatier, un original, nous demandait pas moins de 100 000 kamas pour deux pods dudit chocolat. Pitufo proposa de régler par chèque mais... cela ne le satisfit point. Un peu dépité de voir ses — rares — clients quitter sa boutique, Thierry nous proposa de payer ses chocolats fondants en nature : en le débarrassant d'une paire de rats qui prenaient un malin plaisir à venir grignoter ses réserves une fois la nuit tombée. Nous attendîmes donc l'heure opportune, et descendîmes à la cave régler leur compte aux muridés ; ils n'opposèrent que peu de résistance. Enchanté par notre haut-fait, Thierry nous remit son fameux chocolat au cœur fondant de boufton blanc. Eh oui, on comprend mieux pourquoi la clientèle se fait rare chez Thierry !




C'est Miss Pompom qui fut chargée de transporter l'appât de sirène, au moins, elle ne risquait pas d'en manger. Il ne restait donc plus qu'à gagner le bord de mer et à attirer nos intrigantes sirènes !




Dernière édition par Sibelius le 20.07.15 13:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sibelius
MJ
MJ
avatar


Masculin Divinité Athée
Âge Âge : 35
Origines Origines : Peuple Lenald
Compétences Compétences : Cuisine, bâton, susciter de la pitié
Messages Messages : 1083

MessageSujet: Re: Journal de Bord   27.06.15 21:13

26 Juinssidor 645 : Sibelius et Garyon se sont retrouvés dans les combles au-dessus de la bibliothèque du manoir de Lhambbada afin de parler d'affaires urgentes. En effet, Sibelius ayant observé le nouvel attrait de Garyon pour les chiffres et le commerce, il se dit tout simplement que le moment était opportun pour essayer de relancer l'activité commerciale de la Compagnie : les Zindes sont assez nombreux pour remettre cela en branle, la XXIIIe planche n'a pas frappé depuis plus d'un an, et la Compagnie a besoin d'argent pour mener son enquête.

L'idée séduit Garyon. Le duo se demanda alors comment obtenir des fonds à court terme. Plusieurs hypothèses germèrent, de l'emprunt à l'autofinancement, mais dans tous les cas, il fallait que la Compagnie développe à nouveaux des garanties pour séduire de potentiels investisseurs : il fallait qu'elle se remette au boulot. Garyon remarqua que la Compagnie disposait toujours d'enclos de stockage de dragodindes qui n'avaient pas été réclamés avec le QG lors de la dissolution. Un premier axe de développement pourrait donc être le négoce de dragodindes provenant des montagnes Koalaks vendues aux Amaknéens.

Cela tombait bien puisque Sibelius avait justement travaillé à l'ancien comptoir de Formauze situé au village des éleveurs, peut-être pourra-t-il rencontrer d'anciennes connaissances, ou bien raviver de vieux contrats, qui sait. Il fut donc décidé de se rendre à Formauze incessamment sous peu, afin d'essayer, dans un premier temps, d'obtenir des bêtes à bon prix, de bonne lignée, ou bien d'en capturer nous même ! Un pas de plus vers la fortune.




Dernière édition par Sibelius le 20.07.15 13:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sibelius
MJ
MJ
avatar


Masculin Divinité Athée
Âge Âge : 35
Origines Origines : Peuple Lenald
Compétences Compétences : Cuisine, bâton, susciter de la pitié
Messages Messages : 1083

MessageSujet: Re: Journal de Bord   01.07.15 17:23

 1er Joullier 645 : Sibelius et Garyon se décidèrent à aller rencontrer une ancienne tribu qui commerçait autrefois avec Formauze, le comptoir de la Compagnie des Zindes situé dans les montagnes Koalaks. Naturellement, pour faire bonne impression, ils emmenèrent avec eux différentes babioles, des bijoux, des plumes de piou, et du vieux vin qui tournait de l'œil dans les caves du comptoir. Sur place, on ne peut pas dire que l'accueil fut des plus chaleureux.

Il s'agissait d'un membre éminent de la tribu Kapos. Des koalaks spécialisés dans la capture de dragodindes. D'ailleurs il ne descendit pas de sa monture, fière, pour parler aux deux négociants de la Compagnie. Afin d'apaiser l'atmosphère, Garyon entreprit de créer un portail afin de tendre les cadeaux au koalak des Kapos. Que n'avait-il pas fait là. Complètement apeuré, le cavalier déambula en criant tout autour de son enclos. Les « Éclairs Bleus » provoqués par Garyon avaient mis de l'eau dans le gaz.

Cependant, tous les gens censés savent se réconcilier autour d'une bonne coupe de vin. Même si le goût était affreux, après tant d'années passées dans la cave de Formauze, cette piquette a su mettre le koalak des Kapos dans de meilleures conditions. Les deux Zindes entamèrent la négociation, et commencèrent par montrer ce qu'ils avaient à offrir. Parmi tous les bibelots, ce sont les parures de plumes de piou qui séduisirent le plus le koalak. Il fut convenu qu'il garderait les plumes afin de se concerter avec le reste de la tribu, puis, si acceptation, qu'il enverrait une ou plusieurs de ses bêtes à Formauze.




Dernière édition par Sibelius le 20.07.15 13:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sibelius
MJ
MJ
avatar


Masculin Divinité Athée
Âge Âge : 35
Origines Origines : Peuple Lenald
Compétences Compétences : Cuisine, bâton, susciter de la pitié
Messages Messages : 1083

MessageSujet: Re: Journal de Bord   18.07.15 17:41

LA XXIIIÈME PLANCHE - CHAPITRE III


18 Joullier 645 : Maintenant que la fine équipe avait récupéré le chocolat au cœur fondant de boufton — détenu et protégé par la très estimée Miss-Pompom — elle pouvait enfin s'occuper d'attirer quelques sirènes. Sans plus attendre les Zindes et leurs compères se dirigèrent sur la côte d'Asse, en déposant le chocolat sur le rivage, et en entamant quelques airs bien connus du pays. Seulement, rien. Pas une sirène ne pointa le bout de ses écailles, pour le plus grand déplaisir de nos enquêteurs.




Une seule solution s'imposa : retourner voir Homair. Le vieux poète et écrivain écoulait toujours paisiblement ses jours dans le meilleur des mondes, au fin fond du temple Éniripsa. Ses problèmes de mémoire étaient eux, toujours aussi persistants, et il ne nous remit pas de suite. Nous lui demandâmes davantage de précisions sur la manière dont attraper les sirènes, puisque manifestement nous venions d'essuyer un échec. Pas déboussolé, Homair troqua son savoir contre un petit instant de détente : les fameux massages de Narya.

Il convient ici de mettre en avant le fait que, sans les mains expertes de Narya, sans son courage exemplaire à affronter dix petons déformés par l'arthrose et empuantis par de nombreuses sudations successives, sans son sourire qui en ces sombres circonstances jamais ne s'est effacé, sans sa posture fière et sereine qui observait peu à peu sa dignité se faire ronger par les ambitions douteuses du vieil homme, sans tout cela notre enquête n'en serait pas là, et il faut une fois de plus remercier la petite fée pour ses services, et toutes les bonnes valeurs que cela nous inspire, nous qui la regardions faire son office, à la fois compatissants pour elle, et envieux de la place d'Homair !

Ainsi palpé et dans état de quasi-jouissance, Homair nous appris que les sirènes ne vivaient pas sur la côte, mais qu'elles remontaient le cours des rivières et qu'elles se retrouvaient parfois même dans quelques lacs. Une curieuse nouvelle, qui s'adjoignit d'un conseil fort pertinent : il nous fallait chanter notre amour, et non réciter quelques grossières gueulardes, il leur fallait de la délicatesse à ces femmes-poisson. Subjugué par une sorte d'orgasme pédestre, il nous appris même qu'on avait plus de chance de les trouver à l'endroit où la rivière Kawaii se séparait en deux.




Une fois sur les lieux, notre petit chœur improvisé se mit à chanter plus ou moins bien l'Amour, le vrai, alors que le chocolat attendait patiemment sur la berge, aux pieds de Miss-Pompom, qu'on lui jette quelque dévolus. Enfin, une tête, puis une autre, des cheveux azurins, quelques nageoires, beaucoup d'écailles, de vifs scintillements, puis deux formes bien nettes qui se dégagèrent au milieu du cours d'eau. Deux sirènes avaient fait irruption, attirées par l'amouuuur débordant de nos compagnons. Rapidement, elles eurent des vues sur la friandises chocolatée qu'on ne tarda point à leur donner en offrande.

Les créatures satisfaites jugeaient ne toutefois pas être en confiance suffisante avec nos enquêteurs pour pouvoir répondre à leurs questions. Ce n'est qu'à la suite d'une série d'énigmes plus ou moins difficiles, impliquant des huîtres noires et blanches, des perles, des villageois, des vendeurs de chiffres de maison, des braséros, et des indices, que les deux sœurettes aquatiques daignèrent enfin prêter l'oreille à nos honnêtes requêtes.

Elles nous apprirent qu'en général, les sirènes n'appréciaient pas la compagnie des terrestres et se tenaient à l'écart de leur train de vie. Néanmoins, lorsqu'on lui parla de Savigny qui s'était fait sauvé par l'une d'entre elle, cela leur fit penser à une de leur consœur, Reine, une sirène vivant, a priori, dans la baie du cimetière d'Amakna, qui n'avait pas peur de nager près des navires et qui s'amusait même à suivre certains d'entre eux.




Il ne restait plus qu'à trouver cette Reine, et avec un peu de chance, elle aurait quelque chose à voir avec le sauvetage dont nous avait parlé Savigny.




Dernière édition par Sibelius le 20.07.15 13:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sibelius
MJ
MJ
avatar


Masculin Divinité Athée
Âge Âge : 35
Origines Origines : Peuple Lenald
Compétences Compétences : Cuisine, bâton, susciter de la pitié
Messages Messages : 1083

MessageSujet: Re: Journal de Bord   20.07.15 13:30

20 Joullier 645 : Alors que Sibelius voulait profiter des talents d'Asahy pour changer de kimono, et qu'il lui proposait dans la foulée de mettre ses compétences et son expérience de tailleuse au service de la Compagnie et de son commerce, un rendez-vous quasi-oublié se manifesta. C'était Charlie de l'Écluse, un botaniste qui avait auparavant travaillé avec la Compagnie des Zindes. En effet, à son âge d'or, la Compagnie avait ramené quelques bulbes de palmifleur dans la baie de Cania, qui n'avaient pas tardé à être cultivés sous la tutelle de ce fameux Charlie et de quelques paysans de la région.

On se rendit compte que les bulbes qui n'étaient pas soumis aux chaleurs de l'île, et selon un procédé bien particulier, n'arrivaient pas à maturité et se transformait à la place en de petites fleurs non dénuées de charme, dont les couleurs exotiques, et parfois marbrées pour les plus rares, comme le fameux « Vice-roi », plaisaient beaucoup à la noblesse Amaknéenne. La Compagnie se jetta donc sur l'occasion et importait les bulbes de la plantation de Charlie de l'Écluse au Château, où ils faisaient très bonne figure, et se vendaient comme autant de petites pépites d'originalité.

Toutefois, lorsque les activités de la Compagnie s'estompèrent, Charlie se trouva privé d'acheteur, et dû se débrouiller pour écouler ses stocks de bulbes comme il put. Mais il était botaniste, pas commercial, et ce furent pour lui tant d'années aussi dures qu'elles l'ont été pour la Compagnie. Apprenant çà et là que la Compagnie reprenait les affaires, c'est donc tout naturellement qu'il pris contact avec cette dernière pour essayer de remettre ce commerce autrefois fructifiant sur les rails.

Sibelius, Asahy, et Tsanas, reçurent donc Charlie en grandes pompes. Toutefois, rapidement, les Zindes se rendirent compte qu'au final, cette marchandises, ces bulbes, n'étaient rien d'autre que de grosses graines, qui ne se mangeaient pas... Et que l'affaire s'en trouvait bien risquée avec un produit dont la valeur dépendait beaucoup de l'acheteur. Charlie nous appris par ailleurs que les bulbes étaient de variété très diverses, et que les prix d'une unité pouvaient varier de 20 à 4 000 kamas pour les plus rares et difficiles à produire.

Nous voyant indécis, et en gage de bonne fortune, le botaniste fit une proposition : il nous laisserait environs 500 bulbes pour une valeur estimée de 250 000 kamas, et n'empocherait ses frais que lorsque la Compagnie aura réussi à les vendre. Ainsi le risque était éliminé, et nos Zindes se félicitèrent de ce beau geste. Ils n'avaient maintenant plus qu'à trouver un moyen d'aller récupérer ces bulbes à la plantation de Charlie dans la baie de Cania. Ils avaient bien une dragodinde, sous la vigilance de Narya, mais pas de charrette sur laquelle l’atteler.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Journal de Bord   

Revenir en haut Aller en bas
 

Journal de Bord

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» journal de bord d'un jeune cpt
» Journal de bord du Malpartie2
» [Résolu] Question par rapport à un journal de bord.
» journal de bord du capitaine en anglais ça donne ????
» [En pause] Journal de Bord : Centre équestre abandonné

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Compagnie des Zindes - Rykke-Errel :: PARTIE RÔLE PLAY :: Bibliothèque de Maze Harryne-