Clan Rôle Play de Rykke-Errel
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesCalendrierS'enregistrerConnexion

post haec


Partagez | 
 

 [RP] A bord du Grand Trois

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Noh
6 Clefs
6 Clefs
avatar


Masculin Divinité Ecaflip
Âge Âge : 25
Origines Origines : Amakna
Messages Messages : 213

MessageSujet: [RP] A bord du Grand Trois   21.07.14 0:43

Un sinistre cortège sortait du Château d’Amakna. Une poignée de soldats de la garde royale escortait trois hommes assis dans une vieille charrette de bois, elle-même tirée par deux immenses dragodindes. Vêtus de haillons, mal rasés, pouilleux, les trois énergumènes étaient enchainés. Le groupe avançait rapidement et venait de quitter la route pavée pour un vulgaire chemin de terre. Chaque aspérité secouait les prisonniers et leurs chaînes, meurtrissant en conséquence leurs membres. Les gardes, insensibles à ce carnage de chaires, poursuivait leur route, en direction du port de Madrestam.

~

Un navire s’approchait lentement de la rive du port, trop lentement à en juger par le regard maussade de l’homme qui semblait en être le Capitaine. Une coque mal entretenue, des voiles d'un rouge délavé et un mât central plutôt modeste, le vaisseau portait assurément un nom bien orgueilleux pour ce qu'il était réellement. En lettre rouge sombre était inscrit sur la poupe "Le Grand Trois". Promenant une main sur une barbe qui forçait le respect, il fixait d’un œil attentif les gardes royaux dans leurs armures brillantes et lustrées, qui venaient d’apparaître au coin d’une rue de Madrestam. Tandis que l’équipage amarrait le navire à l’aide d’épais cordages, le Quartier Maître sauta à terre et vint à la rencontre des gardes.

Après un bref échange, les soldats s’employèrent à délester la charrette en bois de ses quatre caisses d’un poids visiblement non négligeable, puis à les déposer aux pieds du Quartier Maître. Puis les trois hommes enchainés en descendirent également, non sans difficulté. On eu dit que leurs mains allaient tomber au sol tant les chaînes avaient rongé leurs poignets. Ils furent conduits par quelques gabiers à l’intérieur du vaisseau.
Tandis que les gardes royaux quittaient le port à petit trot, juchés sur leurs imposantes dragodindes, le Quartier Maître remonta à bord, et se dirigea vers le maître des lieux. La transaction était accomplie. Les caisses furent acheminées elles aussi à bord, toujours sous le regard aiguisé du Capitaine.

« Sauf vot’ respect, m’sieur, vu le poids de ces trucs ils doivent vous payer cher pour livrer ces brigands à Brâkmar, non ?
- En effet. Très cher. »

Puis il reprit :

 «  Par les Douze, l’annonce n’a-t-elle donc attiré personne ?
- Soyez patient, Capitaine, on est un peu en avance, répondit l’homme de main en évaluant la position du soleil. Ils vont arriver. »

Et, comme si la simple promesse du Quartier Maître avait déclenché quelque obscure mécanisme, plusieurs personnes commencèrent à se masser sur le quai. En moins d’une heure le coin fut bondé, c’est à peine si l’on pouvait bouger. Venant de près où de loin, les aventuriers étaient tous là pour la même chose. L’affiche placardée à Madrestam et alentours disait « Cherche aventuriers pour acheminer marchandises à Brâkmar à bord du Grand Trois. Escale à Sufokia. Bonne paie. » et chacun comptait bien décrocher un poste à bord du bateau.

Le Capitaine balaya la foule du regard, puis se tourna vers son Quartier Maître :

« Trouve m’en trois bons, et vite. »

L'homme de main scruta à son tour la foule. Il lui fallait à tout prix trouver trois bons gaillards qui ne se pisseraient pas dessus à la moindre escarmouche. Ces aventuriers allaient devoir user de leur talent pour sortir du lot.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sipath

avatar


Féminin Divinité Ecaflip
Âge Âge : 23
Origines Origines : Dans le ventre de sa mère
Compétences Compétences : Meurtrière dans l'ombre, traqueuse, femme de combat
Messages Messages : 33

MessageSujet: Re: [RP] A bord du Grand Trois   21.07.14 15:34

Sipath encore embrumée par l'alcool de la veille, tentait de se réveiller en enquillant verre de laitlait sur verre de laitlait.. C'était son petit bonheur quotidien, celui qui la rendait toute joyeuse, mais pendant qu'un temps. 
Elle était assise au bord de l'eau, vers son navire préféré, celui qui accompagnait tous visiteurs avec quelques kamas en poche, en direction de Sakaï .. Cet endroit lui rappelait des souvenirs, des combats violents, sanglants. Cette joute contre le terrible Grollum, escortée par ses compagnons ; mais comme on dit, pas de rose sans démoniaque, tout était parfait, ils l'avaient calculée, jusqu'à la dernière seconde où un homme perdit la vie devant ses yeux sans qu'elle puisse faire quelque chose pour le sauver. Une erreur grossière, facile à éviter...
Elle sorti de ses pensées en sentant de l'eau sur ses pattes. Sipath pleurait rarement, c'était quelque chose qu'elle s'interdisait.

Aprés avoir fini son 5 ème verre elle se leva et vit des personnes se regroupant en un seul et même endroit. Elle décida d'y fourrer son nez elle aussi.

Elle se faufila de badauds en badauds. Un homme la bouscula.

"Hep dites donc vous, je ne suis pas un morceau de bouftou, faites attention !"

L'homme la toisa et reprit son chemin comme si de rien n'était.

Enfin arrivée à l'endroit où tout avait l'air de se dérouler, Sipath, qui avait imaginé des choses rocambolesques, se retrouva face à une affiche.

"Cherche aventuriers pour acheminer marchandises à Brâkmar à bord du Grand Trois. Escale à Sufokia. Bonne paie."

"Et bien, et bien" pensa-t-elle. "En voilà une bonne nouvelle ! Après des années à rien faire je vais pouvoir reprendre les affaires ! Ma petite Sipath va falloir user de ton charme et de tes crocs pour avoir l'honneur d'embarquer dans le Grand Trois."

Aprés moult bousculades, la jeune ecaflip sentit la colère grandir en elle. Avant de craquer et de tous les transformer en chair à wabbit, elle décida de s'éloigner de la foule.

A ce moment précis, elle n'avait qu'une idée en tête, trouver l'auteur de cette affiche et lui montrer ce qu'elle avait dans le ventre.

HRP:
 


Sans toi les émotions d'aujourd'hui ne seraient que la peau morte des émotions d'autrefois ....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tsanas
4 Clefs
4 Clefs
avatar


Masculin Divinité Pandawa
Âge Âge : 38
Origines Origines : Terrdala
Compétences Compétences : Maître d'armes
Messages Messages : 124

MessageSujet: Re: [RP] A bord du Grand Trois   21.07.14 23:28

Il est tôt le matin et le soleil se lève sur le port de Madrestam. Un pandawa affalé sur le sol se voit un peu ronchon de la venue de son ami brillant de milles feus et en réplique de son arrivée, il décide de baisser son Solomonk sur sa truffe. C'est vrai qu'il avait bien besoin de récupérer après son long voyage en provenance de Frigost. Il avait décidé de passer des vacances à Amakna et devrait prendre la route le lendemain vers de nouvelles aventures. Mais avant tout, une journée de repos, c'était indispensable !

Ce grand guerrier avait troquer son chapeau en fourrure contre quelque chose d'un peu plus utile et moins contraignant pour une marche au soleil. Quelque chose qui lui irait à ravir puisque c'est la coiffe indémodable pour tous ceux de sa région natale : le Solomonk. Il était recouvert d'un sac à dos du Grand Aventurier pour transporter ses denrées -bon là, il était à côté de lui, il ne va pas tout écraser en dormant tout de même-.

Il se reposait là, dans l'herbe, paisible. Quand tout à coup un petit piou vint lui picorer le bras. Ni une ni deux ni trois ni quatre... Bref vous avez compris. Le guerrier se lève fou de rage que l'on ait pu interrompre ce moment, son moment ! Il dégaina son épée et la planta dans le sol en arrachant quelques plumes à l'animal au passage. Ni une ni deux ni trois... Très bien j'arrête ! Le piou déguerpi aussi vite qu'il était venu gêner notre ami. Ce dernier se recoucha, remis son chapeau sur son visage et se rendormi en moins de deux minutes montre en main !

Après une dizaine de minutes de sieste, un bruit sourd vint le gêner une fois de plus. Cela venait du port non loin de là. Il avait l'air d'y avoir du grabuge et beaucoup de monde pour créer autant de bruit. C'était impossible de continuer à rêver dans ces conditions, le sort s'acharnait ! Ce brouhaha agaça le pandawa jusqu'à que sa hargne s'échappa tel le glas d'Amakna ! Enfin hurler n'était pas le genre de la maison, disons un cri intérieur qui aurait pu retentir aussi loin que décrit précédemment s'il eut avait été émis !

Le plus important maintenant c'était de trouver un endroit pour dormir tranquillement loin de ce grabuge. Il va falloir être observateur et à l'écoute du silence qui l'appelle...


HRP:
 


Dernière édition par Rakshasas le 22.07.14 0:16, édité 3 fois (Raison : 1) changement d'un mot 2) faute de frappe 3) changement de la phrase pour le défi)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samba'

avatar


Masculin Divinité Zobal
Âge Âge : 20
Origines Origines : Brâkmar
Compétences Compétences : Boufbowleur talentueux
Messages Messages : 6

MessageSujet: Re: [RP] A bord du Grand Trois   21.07.14 23:40

Enfin ! Achever ce masque m'aura pris un bon mois, mais je ne suis pas totalement déçu par le résultat.

Mystec rangea délicatement son pinceau dans sa besace, et contempla une nouvelle fois le fruit de son travail.

Masque du fourbe a écrit:

(made from deviantart)

Le port de Madrestam était devenu bien bruyant. Mystec avait choisi cet endroit comme lieu de travail pour la journée pour son calme, mais finalement le bruit avoisinant ne l'avait pas tant gêné que ça. Il avait réussi à garder sa concentration active pendant 2 heures, mais maintenant qu'il avait fini de peindre son masque, il avait envie de se défouler un bon coup.
Dans ce genre de situation, à Brâkmar, il serait parti jouer au Boufbowl avec quelques amis, mais ce n'était pas vraiment possible à Amakna.
A présent, il lui fallait de l'argent, beaucoup d'argent, pour accomplir son rêve.

Mystec commença à vadrouiller entre les dockers du port, pour peut-être trouver un contrat. Il n'était pas rare à Madrestam qu'un marin recrute pour porter des sacs trop lourds ou pour une autre tâche ingrate, bien que ce ne soit pas vraiment au goût du Zobal. Après une bonne dizaine de minutes, il se résolut à abandonner sa recherche. De toute façon, il pouvait trouver un meilleur travail au Village. Il s'apprêtait à rebrousser chemin lorsque son attention fut attirée par un bateau énorme.

« Cherche aventuriers pour acheminer marchandises à Brâkmar à bord du Grand Trois. Escale à Sufokia. Bonne paie. » disait l'affiche placardé un peu devant.

Vu la gueule du bateau, ça risque pas d'être une croisière, se dit le Zobal. Surtout que j'ai pas spécialement envie de retourner à Brâkmar après avoir émigré.

Juste lorsqu'il s'apprêtait à continuer la route, il jeta un œil à son masque toujours en main, et eut l'idée de l'essayer pour voir un peu ses effets.

Avec son masque, le Zobal se sentit bizarre, comme si une âme de fourbe avait soudainement envahie son cœur. Il y'a fort à parier qu'il regretterait bientôt d'avoir porté cet accessoire à ce moment, car il décida finalement de se porter volontaire pour le voyage. En réalité, il n'en avait rien à faire de l'aventure, il avait une idée ingénieuse (pensait-il) derrière la tête, pour se faire une petite fortune sans trop se fatiguer.

Il se présenta donc devant l'homme chargé du recrutement, qu'il avait repéré grâce à son accoutrement un peu... marin, mais aussi et surtout parce qu'il était posté devant l'affiche, congédiant une personne qui n'avait apparemment pas réussi à le convaincre. Ces hommes là cherchaient visiblement des personnes un peu hors du commun...

Excusez moi, dit Mystec c'est bien vous le responsable du recrutement ? Mon nom est Mys...

Dis-moi juste de quoi t'es capable, on est pressés, répondit l'autre sans sourciller.

Allons ! N'avez vous pas remarqué mes muscles impressionnants, et ma grande taille ? En vérité, mon cher,  je pourrais casser des chaînes d'un coup de dents, un coup de hache échouerait à m'achever, un méchant chien chialerait en se cassant les crocs sur mes mollets, , continua t-il en désignant un peu son masque. Je suis un homme fort, tout ce qu'il vous faut. Et il y'en a aussi là dedans, dans la tête,

Gros mensonge ! Mais lorsqu'il fallait convaincre quelqu'un, il n'y avait aucune place pour les scrupules. Mystec venait de se rendre compte des effets de son nouveau masque.


Défi:
 


Dernière édition par Samba' le 22.07.14 16:33, édité 1 fois (Raison : Correction du défi (8 au lieu de 10))
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lib Kely
PNJ
PNJ
avatar


Masculin Divinité Steamer
Âge Âge : 51
Messages Messages : 4

MessageSujet: Re: [RP] A bord du Grand Trois   22.07.14 12:46

Lib Kely, Capitaine de son état, n’était pas à l’aise assis sur ce fauteuil  d’un cuir rougeâtre dont le rembourrage s’échappait par endroits. Plongé dans ses pensées, il en oubliait cependant la gêne occasionnée, de même qu’il oubliait la bise marine qui s’infiltrait dans sa cabine délabrée et le brouhaha incessant provenant de l’extérieur, que la coque usée ne parvenait à masquer.

Lib Kely s’impatientait. Cela faisait déjà trois jours que le coursier lui avait transmis le message de la Couronne, lorsque lui et son navire étaient encore à Pandala. Trois putains de jours, et ils venaient seulement d’accoster à Madrestam. Cela avait le don de l’exaspérer au plus haut point et la colère finissait inévitablement par retomber sur le premier larbin qu’il rencontrait sur son passage.

L’offre de la Couronne était simple, il se rendrait à Madrestam au plus vite et ferait discrètement embarquer trois prisonniers sur son navire, puis les conduirait jusqu’aux geôles de Brâkmar. Que leur arriverait-il ensuite ? Kely s’en foutait, ce qui l’intéressait, c’était ce la Couronne lui proposait en échange de la sale besogne qu’elle ne pouvait visiblement pas faire officiellement : un trait sur un parchemin et une somme rondelette de Kamas. On barrerait son nom de la liste des traîtres du Roi, et il pourrait enfin reprendre une vie de Capitaine normale, au lieu de se terrer loin d’Amakna comme vulgaire milirat d’Astrub. A cette simple pensée, Kely serra le poing à s’en faire blanchir les phalanges.

« Et ce foutu Quartier Maître qui prend tout son temps pour me trouver des bras ! explosa-t-il, seul dans sa cabine. »

Il se leva d’un bond et poussa la porte de sa cabine, qui manqua de se s’arracher de ses gonds. Il allait trouver lui-même les trois aventuriers dont il avait besoin. Au cas où les prisonniers se rebelleraient…

A peine arrivé sur le pont qu’il du réviser son jugement sur son homme de main : celui-ci se trouvait justement en train de causer à un grand gaillard masqué. Trop loin pour percevoir la moindre parole, il déduisit cependant de la mine satisfaite du Quartier Maître que le gars l’avait convaincu. Depuis la désertion de son Second, un Ecaflip originaire de ce même lieu où le Grand Trois mouillait en ce moment même, Kely ne faisait plus confiance à personne. Sauf à son homme de main. Celui-là, on pouvait lui confier n’importe quoi qu’il ne dirait rien, même sous la torture.

Et de un, pensa-t-il. Il porta ensuite son attention sinistre sur la foule qui patientait derrière le gars au masque. Des badauds, des gros, des petits, des maigres, des femmelettes, des… Plissant les yeux, il distingua une fine silhouette. Une jeune Ecaflip, semblait-il. La manière dont elle se faufilait entre les gens avait quelque chose de fascinant : un pas léger et déterminé, une discrétion à toute épreuve et… Cette aura… Kely vit en cette créature une tueuse. Emmener une femme à bord d’un navire portait malheur, mais le Capitaine n’en tint pas compte. Celle-là n’aura pas peur du sang, et Osamodas sait combien les mers du Sud sont dangereuses.

Kely chercha du regard un matelot à envoyer pour aller quérir la demoiselle. Le pont était hélas désert.

« Encore en train de saouler la gueule dans une taverne, maugréa-t-il. Pandala ne leur a pas suffit ? »

Il descendit donc lui-même du Grand Trois, et se dirigea vers sa future recrue. La foule se fendait sur son passage, intimidée par son énorme barbe. Et de deux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sipath

avatar


Féminin Divinité Ecaflip
Âge Âge : 23
Origines Origines : Dans le ventre de sa mère
Compétences Compétences : Meurtrière dans l'ombre, traqueuse, femme de combat
Messages Messages : 33

MessageSujet: Re: [RP] A bord du Grand Trois   22.07.14 17:29

Après avoir traversé la vague d'hommes, d'enfants et de femmes, en ramant comme pas possible, Sipath se senti enfin maitresse d'elle même. Cette rage qui l'avait envahie s'était éteinte avant que le pire ne se produise. Elle était presque seule maintenant, et il lui fallait trouver CET homme. Celui qui lui avait remué le cerveau sans qu'il le sache. Celui qui fit germer tant d'obsessions..
 
"Ressaisis toi merde",  se dit-elle. Puis au loin elle vit un homme en retrait converser avec ce qui pourrait être le fameux recruteur. L'un des deux portait un masque, et aussi bizarre que cela puisse paraître Sipath le trouva fort attrayant caché derrière celui-ci.
"Les joies de la guerre, se dit-elle et les joies de l'amour caché!"  Elle rit sans se rendre compte que quelques passants la fixaient se demandant si elle n'était pas entrain de se moquer de leur accoutrement.


N'étant malgré tout pas adepte de la conversation à plusieurs elle décida de chercher un peu plus loin que le bout de son nez. Chercher le centre de toute cette histoire, le Capitaine en somme.


Et elle le vit. Enfin non, elle vit une coupure se faire dans la foule. Un souvenir fit surface. Elle se souvient d'un jour où elle s’entraînait sur un Moskito. Quand elle était jeune, Sipath appelait ces bestioles des Mouises.. Elle n'arrivait pas à prononcer le vrai nom, elle l'avait donc remanié à sa sauce.. Le pauvre moskito fût coupé en deux en à peine dix secondes et il y avait assez de sang pour que L'ecaflip puisse s'amuser à écrire un ouvrage avec de l'encre rouge.


L'ombre du géant lui remit les pattes sur terre. Il était là, face à elle. Il était grand. Sa barbe était impressionnante, Sipath senti le vécu de l'homme rien qu'en regardant celle-ci. Ce lien entre une barbe et notre passé était grotesque, et pourtant...


Elle reprit ses esprits et son regard redevint sombre, sûr. Elle ne voulait pas que ses émotions la trahissent.
"Bonjour Capitaine, dit-elle. Oui, je me permet de vous appeler Capitaine aux vues de l'effet que vous faites à cette foule en délire.
Elle ne laissa pas le Capitaine parler et mit ses trippes sur le sol sans s'arrêter : Oui je suis une femme, oui je suis pas aussi tenace qu'un Chêne Mou mais je sais me battre. J'ai appris cela seule et mon expérience m'a permis une sacrée évolution. Je sais être aussi discrète qu'un Blérice mais aussi violente qu'un Bouroliste et je pense que c'est ce que vous recherchez. C'que vous proposez n'est pas une croisière. C'est parfait pour moi je ne suis pas du genre Sadida." Elle ne vit aucune réelle émotion émaner du Capitaine ce qui lui procura une sorte de deception. Mais elle ne comptait pas se laisser abattre.


"Enfin tout ça pour dire que j'suis votre femme, enfin vous voyez ce que je veux dire n'est-ce pas ?"
Elle vit enfin un sourire s'esquisser sur le visage du capitaine, ce qui lui donna une force en plus et la rassura.


Le capitaine ouvrit la bouche et les yeux de Sipath se mirent à briller. Elle allait enfin savoir ce que LUI en pensait.




HRP:
 


Sans toi les émotions d'aujourd'hui ne seraient que la peau morte des émotions d'autrefois ....


Dernière édition par Sipath le 03.08.14 9:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tsanas
4 Clefs
4 Clefs
avatar


Masculin Divinité Pandawa
Âge Âge : 38
Origines Origines : Terrdala
Compétences Compétences : Maître d'armes
Messages Messages : 124

MessageSujet: Re: [RP] A bord du Grand Trois   23.07.14 22:41

Il n'en pouvait plus, ce bruit incessant sonnait comme un nid d'abeilles à ses oreilles. Il fallait trouver un endroit calme au milieu de cet enfer cacophonique ! Le panda mit sa main droite au-dessus de ses yeux pour se cacher du soleil et tenter de trouver un endroit hors de toutes personnes... Tiens donc ! Pourquoi n'y avait-il pas pensé, un bateau, bien sur qu'il sera au calme là-bas !

Le pandawa se mit en route vers un vieux bateau, une vieille croute avachie par la temps accostée au port. Au moins là-bas, personne n'ira l'embêter ! Il jette son sac sur le pont et tente de monter à son tour avec plus ou moins de réussite. Une fois arrivé en haut, il se rend compte que le bruit reste le même...


- Ce n'est pas possible, je ne serais donc jamais tranquille ici ! pensait-il 

Fermement décidé à se reposer, il décida de trouver un endroit qui serait peut-être plus approprié pour une sieste. Dans les profondeurs du bateau. Il s'y aventura à petits pas et tourna sa tête de part et d'autre du couloir dans l'espoir de trouver son bonheur. Puis c'est au bout du couloir qu'il vit une pièce plongée dans le noir, coupée du reste du bateau



- Quelle aubaine ! Exactement ce qu'il me fallait ! marmonna-t-il

Puis il s'installa tranquillement sur le sol, il sentit quelque chose qui ressemblait à peu près à de la paille sèche et s'en servit comme coussin. Il était enfin paisible après bien des agitations ! Mais après seulement deux minutes, une lumière vint éblouir la pièce. Le grand dormeur s'en vit quelque peu aveuglé et se cacha le visage avec son bras.

- Par la verge de Iop ! Qu'est-ce qu'tu fais là toi ?! On avait 3 prisonniers nous pas 4. CAP'TAINE, V'NEZ VOIR C'QUE J'AI TROUVE !


Un grand homme barbu apparu, il avait une posture imposante comme seul un capitaine peut en avoir. Ses mains montraient qu'il en avait vécu, son regard laissait présager un homme fort mais ses rides montraient qu'il avait été ravagé par la course de l'aiguille.

- Qui es-tu ? Décline ton identité jeune pandawa !

Le guerrier répondit sur un ton assez nerveux, apparemment énervé d'être interrompu une fois de plus dans sa sieste - Décidément je ne peux pas être tranquille ! Je me nomme Tsanas et je viens de Frigost. Je viens passer des vacances à Amakna et je me repose juste une journée avant de marcher vers la ville. Et je ne sais pas ce qui se passe aujourd'hui, mais on a décidé de ne pas me laisser dormir ! Je pensais être tranquille dans cette pièce toute calme mais au fina... C'est à cet instant que le jeune homme réalisa où il se trouvait. Il laissa ses yeux voguer autour de lui et vit trois hommes bien mal en point. Ils étaient enchaînés et avaient l'air assoiffés. 
Qui sont ces hommes ? Et où suis-je exactement ?

- Tu es dans mon bateau. Ces hommes sont des prisonniers dont tu ne devrais même pas connaître l'existence. Je vais être dans l'obligation de te couper la langue et les mains puis de t'arracher les yeux pour que tu ne puisses pas en dire plus. 

Voyant que son destin l'avait mené vers une folle aventure, qui pouvait très bien s'arrêter là, le pandawa n’hésita pas un seul instant et fit ce qu'il savait le mieux faire : parler, négocier, se vendre.

- Vous savez mon bon monsieur. Si vous décidez de prendre la mer avec une mission aussi délicate que celle que vous comptez entreprendre, il vous faudra un bon orateur pour vous sortir de situations difficiles. Qui sait ? Des pirates malveillants, des marchands scrupuleux, des guetteurs un peu trop curieux, des membres de l'équipage qu'il faudrait tenir à l'écart et que sais-je encore... Les possibilités sont multiples mais vous n'avez qu'une seule personne devant vous capable de toutes les prendre à même le corps. De plus, je sais faire de fameux kokoktails pour endiabler vos soirées, il faut bien se détendre de temps en temps dans un périple comme celui-ci. Et vous avez de la chance de tomber sur moi justement quand j'avais soif d'aventure, le hasard fait bien les choses n'est-ce pas ?!

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lib Kely
PNJ
PNJ
avatar


Masculin Divinité Steamer
Âge Âge : 51
Messages Messages : 4

MessageSujet: Re: [RP] A bord du Grand Trois   25.07.14 22:16

La femme ne s’arrêtait pas de parler. Pour dire quoi ? Rien d’intéressant, finalement. Kely savait recruter son équipage, il avait toujours su le faire. Inutile de tenter de le convaincre par de belles paroles, ni même de vanter ses qualités ou de taire ses défauts. Non, oh non, Kely le voyait au premier coup d’œil si un matelot était capable de monter à bord de son navire. Il la laissa cependant terminer, impassible.

« Enfin tout ça pour dire que j'suis votre femme, enfin vous voyez ce que je veux dire n'est-ce pas ? »

Il voyait, en effet. Un immonde sourire naquit sur ses lèvres, dévoilant des chicots jaunis par le temps. Il ouvrit la bouche, avant de découvrir qu’une bien meilleure idée lui traversait l’esprit : il dégaina. La foule s’écarta soudain des deux individus, formant un cercle autour d’eux. Le sourire du Capitaine s’élargit tandis que la lame de son gigantesque sabre montait lentement jusqu’à sa garde.

« Aussi violent que j’sais plus quoi, hein ? ricana-t-il. Montre-moi ce que t’as dans le bide, femme ! »

Mais avant d’avoir pu entamer ne serait-ce que l’ombre d’un geste, Kely entendit gueuler du fin fond de son navire le Quartier Maître, derrière lui :

« CAP'TAINE, V'NEZ VOIR C'QUE J'AI TROUVE ! »

Un instant, le temps sembla se figer, comme si Xélor lui-même s’était mêlé de toute cette affaire. Puis, sans quitter l’Ecaflip des yeux, le Capitaine cracha un glaviot verdâtre sur le quai.

« Embarque, dit-il simplement à l’adresse de la demoiselle. »

Puis il fit volte-face, et se dirigea à grands pas vers la soute du bateau. La foule s’effaça à nouveau devant lui. Il n’y avait plus un bruit.
 
Kely atteignit rapidement le pont du navire, dévala une flopée de marche, puis une autre, tourna sur sa gauche, s’arrêta enfin. Promenant une main calleuse sur sa barbe, il considéra la porte de bois branlante devant lui. Aucun doute, la voix provenait de derrière celle-ci, ce qui emmerdait franchement le Capitaine. Il poussa la porte qui ne manqua pas de grincer dans ses gonds mal huilés, lui rappelant une énième fois à quel point son navire était en piteux état. Derrière la porte se tenait le Quartier Maître, une main sur le pommeau de son épée. Assis à même le sol se trouvait un individu inconnu au bataillon. Un disciple de la déesse alcoolique, semblait-il. Kely pénétra dans la pièce sombre où se tenaient les deux hommes, pièce sombre qui n’était autre que celle contenant les prisonniers, et qui, à priori devait rester cachée aux yeux de l’équipage.

« Qui es-tu ?! tempêta-t-il. Décline ton identité jeune pandawa ! »

L’intéressé lui répondit sur un ton que Kely jugea bien inconscient de sa part. Enfin, au moins il ne se pisse pas dessus en me voyant… Tsanas – puisque c’est ainsi qu’il prétendait se nommer – parut finalement comprendre qu’il n’était pas en position de force. Ses yeux tombèrent sur les trois hommes enchaînés et à présent bâillonnés, qui, dans l’ombre de leur cellule, assistait en silence à la scène.

« Qui sont ces hommes ? Et où suis-je exactement ? demanda-t-il.

- Tu es dans mon bateau. Ces hommes sont des prisonniers dont tu ne devrais même pas connaître l'existence, répondit le Capitaine. »
Puis il susurra : « Je vais être dans l'obligation de te couper la langue et les mains puis de t'arracher les yeux pour que tu ne puisses pas en dire plus. »

Et là, l’homme se mit à débiter un flot de paroles dont Kely se foutait éperdument. Encore un qu’essaye de se vendre. Il attendit que l’autre ait terminé sa tirade, se délectant de la colère qui montait lentement en lui. Il avança d’un pas vers le Pandawa.

« Si les lois gouvernant cette saleté de continent m’autorisaient à te trancher la tête, crois-moi, elle roulerait déjà sur le plancher de ce vieux navire, dit-il d’un ton sinistre. Malheureusement, ce n’est pas le cas. »

Kely se désintéressa du jeune homme et se dirigea à pas lents, pesants, vers la seule issue de la pièce.

« En revanche, lâcha-t-il doucement, rien ne m’empêche de te mettre aux fers. »

Ravis, son homme de main déverrouilla alors l’une des cellules et fit signe au jeune homme, toujours assis sur son séant, d’entrer dedans. Kely, avant de quitter les lieux, héla le Quartier Maître :

« Le gars au masque de tout à l'heure, tu lui as dis d'embarquer ?

- Oui Cap'taine, c'est c'que j'lui ai dis. »

Kely approuva d'un signe de tête, puis laissa l'autre à sa besogne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samba'

avatar


Masculin Divinité Zobal
Âge Âge : 20
Origines Origines : Brâkmar
Compétences Compétences : Boufbowleur talentueux
Messages Messages : 6

MessageSujet: Re: [RP] A bord du Grand Trois   26.07.14 1:34

Voilà, Mystec avait réussi son coup, il était maintenant dans l'impressionnant bateau qui devait le mener à Brâkmar. Enfin, ça, c'est ce que les autres croyaient. Il allait s'en mettre plein les poches avant de silencieusement quitter Amakna à dos de dragodinde. 
Lorsque celui qui devait être le quartier maître du bateau lui avait permis d'embarquer, il s'est rapidement aperçu que le bateau était beaucoup plus impressionnant lorsqu'on était dedans. 

Fichtre, j'ai aucune idée de l'endroit où ils cachent les richesses ici. J'ai pas envie de me perdre... 


Par chance, personne n'était sur le premier pont, et ceux qui étaient chargés du recrutement semblaient assez occupés pour ne pas le voir descendre vers la cale. Cela ne ressemblait pas à Mystec de prendre autant de risque, mais il n'avait vraiment pas envie de retourner au Village les poches vides. Le capitaine se devait sûrement d'avoir quelque artefact de valeur dans sa cabine, non ?

Toujours son masque au visage, le Zobal continua sa descente dans les profondeurs du bateau. Ce dernier était de plus en plus délabré à mesure qu'il descendait, mais le jeune homme n'y prêtait aucune attention. Il espérait trouver la cabine du capitaine avant que quiconque n'investisse le bateau, pour pouvoir le quitter sans attirer l'attention. Avoir son visage en avis de recherche en Amakna serait très gênant pour quelqu'un qui voulait former une équipe de Boufbowl.
Brusquement, une petite rumeur lui parvint à l'oreille. Des bruits de pas de plus en plus distincts montaient de plus en plus vers le Zobal, quelqu'un retournait vers le premier pont, et il était impossible pour Mystec de continuer sa route sans rencontrer l'individu indésirable, ce qui ferait tout de suite de lui un homme suspect. 


« Je ne vais pas faire marche arrière après tout ce chemin parcouru... pensa t-il en serrant les poings. 


En joignant la parole à l'acte, il se faufila derrière la première cachette qui lui vint à l'oeil, une horloge de parquet Xelor empoussiérée. Malheureusement pour le disciple de Sadida, son nouveau masque était trop excentré sur sa tête, et il rentra en contact avec la vitre de la pendule qui se brisa, libérant la boule qui fit un bruit à réveiller un mort. 

Le Zobal venait de se mettre dans une position très très délicate.


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sipath

avatar


Féminin Divinité Ecaflip
Âge Âge : 23
Origines Origines : Dans le ventre de sa mère
Compétences Compétences : Meurtrière dans l'ombre, traqueuse, femme de combat
Messages Messages : 33

MessageSujet: Re: [RP] A bord du Grand Trois   26.07.14 14:16

Quelle fût la surprise de Sipath de voir que le sourire rassurant du Capitaine se transforma en un air de défi en quelques secondes.

Elle le vit dégainer son arme et ses poils se herissèrent d'un coup. Elle sentait l'adrénaline monter, si bien qu'elle n'entendit pas ce que lui hurla le Capitaine. Ses griffes commencèrent à sortir, elle était prête à l'égorger même si cela pourrait coûter cher à son envie d'aventure. Au moins il allait savoir qu'avec un disciple du dieu Ecaflip il faut réfléchir avant d'agir  pour éviter de se retrouver les entrailles par terre.

Et d'un coup le Capitaine baissa son arme et crachat au sol. Sipath réprima un haut-le-cœur en voyant tout ce qu'un homme pouvait contenir en lui. Son calme reprit enfin le dessus.

"Embarque" lui dit-il.

La jeune ecaflip se sentait frustrée malgré tout. Elle voulait lui prouver qu'elle savait combattre comme il se doit et sans dégainer la moindre ferraille. Elle dû se convaincre que ses griffes sortiraient bien assez tôt. Elle le pressentait.

"Tu penses trop, tu veux tout trop vite petite conne !"
Elle sorti une énième fois de ses pensées.

Elle passa après le Capitaine pour ne pas se faire écraser par tous ces badauds. Elle souriait en regardant tous ces gens. Elle souriait car c'est vers elle que le capitaine était venu, personne d'autre.
Arrivée devant l'énorme navire, elle put lire "Le Grand Trois" en grosses lettres d'une sublime couleur. "C'est vrai que sur l'affiche c'était ridicule, là au moins je sais à quoi j'ai à faire" se dit-elle.

Elle monta d'un pas lent et lourd à la fois pour atteindre le tillac et elle vit tant de voiles qu'elle douta si ce n'était pas le vent le réel capitaine, ce qui laissa une place à la nature et ses éléments qui ne lui déplaisait pas le moins du monde.

Elle cru entendre au loin le capitaine cracher son venin contre un homme ou plusieurs, elle ne savait pas. La splendeur du navire passait au dessus de toutes vicissitudes.

Elle s'approcha de la proue et fixa l'horizon. Elle savait qu'au loin une grande histoire l'attendait.


HRP:
 


Sans toi les émotions d'aujourd'hui ne seraient que la peau morte des émotions d'autrefois ....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lib Kely
PNJ
PNJ
avatar


Masculin Divinité Steamer
Âge Âge : 51
Messages Messages : 4

MessageSujet: Re: [RP] A bord du Grand Trois   02.08.14 14:03

Kely remontait les marches en bois jusqu’au premier pont, plongé dans ses pensées. Avait-il bien fait, finalement, de mettre le gosse aux fers ? Bons dieux ! il s’était tout de même introduit dans son navire, exactement à l’endroit où étaient enfermés les prisonniers ! Dans cette partie du Grand Trois où personne n’était censé se rendre ! Le bois grinçait sous les lourdes bottes du Capitaine, chaque pas traduisant l’état déplorable du bateau, rappelant ainsi combien il était nécessaire, non, vital, que les prisonniers arrivent à bon port. L’argent allait renflouer les caisses, Lib Kely redeviendrait le grand Capitaine qu’il avait été naguère.

Constatant qu’il arrivait au sommet de l’escalier, Kely s’autorisa une petite pause, cherchant son souffle. Les années n’avaient pas seulement froissé sa peau dure et calleuse, ni érodé sa vue jadis si perçante - au point de devoir céder la barre à Bill le Tobier, promu timonier pour l’occasion. Non, les années passées en mer avaient également rouillé la vieille carcasse de Kely, et sa respiration se faisait sifflante lorsqu’il abusait trop d’efforts. Qu’importe.

Il reprit son ascension lorsque soudain, un bruit de verre brisé lui parvint, suivi de près par un deuxième, sourd cette fois-ci. Grimpant les dernières marches, le Capitaine tomba nez à nez avec un grand gaillard bien taillé, arborant un masque qui en aurait terrifié plus d’un. Une boule roula jusqu’aux pieds de Kely, à la faveur du plancher irrégulier. Intrigué par l’étrange posture de l’individu qui semblait vouloir ramasser les débris de son forfait, il reconnut enfin le Zobal engagé par son Quartier Maître.

« Eh bien mon gars, tu visitais le coin ? Jetant un regard ironique autour de lui, comme s’il découvrait l’endroit pour la première fois, Kely ajouta, sourire aux lèvres : Pas mal mon rafiot hein ? »

A côté de la vieille horloge à présent hors d’usage, se trouvait, sous la poussière, des sacs grisâtres, des caisses contenant Iop sait quoi, de vieux livres écornés,  des bouteilles de faux-rhum roulant au gré de la houle à l’instar du pendule brisé. Puis, l’air plus grave cette-fois-ci, il poursuivi :

« Bah, l’horloge date d’un passé révolu. Grâce à ton aide et à celle des autres, je devrais pouvoir me refaire une fortune… Et rendre sa dignité au Grand Trois, ajouta-t-il en laissant traîner son regard sur les fentes dans la coque, où perçait la lumière du jour. Puis son attention revint sur le Zobal. T’en es, j’espère ! grogna-t-il. »

La question sonnant plus comme une affirmation, Kely n’attendit point de réponse et continua son ascension vers le premier pont. Il s’aperçut alors de la rapidité avec laquelle l’astre du jour avait décliné. Aussi lui vint-il une idée saugrenue. Au lieu de m’irriter le fondement à chercher une troisième paire de bras pour la traversée, je n’ai qu’à lever les voiles dès à présent, pensa-t-il. Et le gosse aux fers sera dans l’obligation d’en être, une fois en haute mer…
 
Mais oui ! Il n’y avait plus qu’à envoyer quérir l’équipage qui devait traîner quelque part dans une taverne du port… Ses yeux se posèrent sur le bout de femme recruté quelques minutes auparavant. Peut-être accepterait-elle d’aller chercher les matelots ? Il se dirigea vers l’intéressée à grands pas, déclara tout de go :

« C’est quoi, votre nom ? Ah puis non, on n’a pas l’temps ! Mes hommes sont à la taverne, là. Il désigna un établissement à quelques rues du quai, qu’on entr’apercevait au dessus des badauds. Il faudrait que vous alliez les chercher. On lève les voiles. »
Constatant son air perplexe, il enjoignit : « S’ils ne vous croient pas, dîtes leur que je couperais un doigt aux retardataires. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sipath

avatar


Féminin Divinité Ecaflip
Âge Âge : 23
Origines Origines : Dans le ventre de sa mère
Compétences Compétences : Meurtrière dans l'ombre, traqueuse, femme de combat
Messages Messages : 33

MessageSujet: Re: [RP] A bord du Grand Trois   02.08.14 20:23

Le vent caressa les joues de Sipath et se faufila dans ses poils rebelles, mais elle n'avait pas froid. Elle sentait cette brise comme une nouvelle épopée qui s'offrait à elle et qu'elle devait attraper avant que celle-ci ne s'éloigne. L'odeur de vieux bois que dégageait le navire lui rappela à quel point ce sont les plus anciens qui sont les plus vaillants.

"Il faut ramasser dans la gueule pour être fort et tenace  se dit-elle. A mon tour de marquer ma peau comme le temps a marqué ces mats".

Elle entendit des pas derrière elle et se retourna pour se retrouver face au Capitaine. Sa carrure et sa prestance l'étonnerait toujours. Elle perçu une sorte de sifflement dans sa respiration. Sur le capitaine le temps s'était déchainé. Un peu trop peut-être au goût de la bluffeuse. Mais c'est ainsi, on ne contrôle pas l'horloge de la vie et ses aléas.
"C'est quoi votre nom ? Ah puis non, on n'a pas l'temps ! Mes hommes sont à la taverne, là. Le Capitaine lui montra du doigts ledit lieu. Il faudrait que vous alliez les chercher. On lève les voiles."

Sipath savait au fond d'elle ce qu'ils allaient répondre. "Une femme ordonnant à des hommes de venir dans le navire, la blague !" se dit-elle.
Et comme ci le Capitaine avait lu dans ses pensées il ajouta : "S'ils ne vous croient pas, dîtes leur que je couperais un doigt aux retardataires."

L'ecaflip pas encore trop rassurée commença à partir d'un pas las. Mais ne pas obéir au capitaine était un potentiel congé que celui-ci lui donnerait sans ménagement, ce qui emballait encore moins Sipath.
"Aller ma fille on bombe le torse, on fronce les sourcils et en avant Guy Sans Nolan !"

Elle descendit du navire et se dirigea vers la taverne. Malgré son air sûr d'elle et prête à manger tout cru quiconque se tiendrait face à elle, Sipath avait le coeur qui battait à 100 à l'heure et tremblait légèrement. Elle ne connaissait pas l'équipage et ne savait pas à qui elle allait avoir à faire. Une bande d'énergumènes au dialecte incompréhensible, saoulés jusqu'à l'os ou bien des gens solitaires mais respectueux envers autrui, même une femme.
Elle arriva devant la taverne. L'odeur de cuisse de wabbit rôtie et de bières fraichement servies fit retrousser les babines de l'ecaflip. Cela lui donna faim et grand soif. Mais elle n'était pas venu pour manger goulument non non, là elle allait affronter un tas de lards remplit de boissons, leurs yeux posés sur elle comme ci ce n'était qu'un morceau de viande fraîche. Affronter ces regards, Sipath en avait l'habitude. Son pelage gris en faisait se retourner plus d'un. Mais La jeune ecaflip ne savait jamais si cela était un regard admiratif ou rabaissant. Quoi qu'il arrive les gens la regardait, et ça lui déplaisait au plus haut point. Elle voulait être discrète, passer inaperçue. Alors pour détourner les regards et faire fuir les plus têtus, elle montrait ses crocs et sortait les griffes. Cela marchait presque à chaque fois. Les rares fois où l'effet voulu était un échec cuisant les hommes disparaissaient et jamais on ne les retrouvait.
Elle rentra et balaya la salle pour trouver les hommes de main du Capitaine. Et elle les vit. Ils étaient entourés de jolies femmes, de viandes et de boissons à ne plus savoir qu'en faire. Elle se rapprocha d'eux.

"Bonsoir, je ne vais pas passer par 4 chemins, Je suis sipath, un des aventuriers du Grand Trois. Le Capitaine m'envoie pour vous signaler que nous levons les voiles ce soir. Je dois donc vous.. Escorter si j'puis dire."
Les matelots toisèrent Sipath, se demandant si c'était une farce ou pas.

"Et le capitaine nous envoie une femme pour nous ramener au navire ? Tu es une marrante dis donc !" Lui lança un des membres de l'équipage. Il tapa sur les séants des femmes et celles-ci s'en allèrent, quelques kamas en poche.

"J'étais la seule à ce moment là d'opérationnelle" répondit Sipath du tac-au-tac.

"Et si on a pas envie d'venir avec toi, tu vas nous faire quoi hein ?" répliqua un autre.

Sipath toujours aussi cassante riposta : "Le Capitaine m'a également dit : S'ils ne vous croient pas, dîtes leur que je couperais un doigt aux retardataires."

L'équipage ne savait pas trop si il avait à faire à du porkass ou du cochon de Farle.
"Et bien, si cela est vrai, nous allons te suivre ma petite chachatte" dit l'un des hommes. "Mais avant tout tu vas me montrer ce que tu as dans le bide, j'aime pas obéir aux mauviettes."

Il se leva et commença a dégainer son arme. Le tavernier habitué à ce genre de bagarre entre clochards bourrés jusqu'à la couenne ne quitta pas des yeux la cuisson de sa viande et l'assaisonna. La plupart des clients habitués eux aussi continuèrent leurs discussions. Seuls les nouveaux, les curieux prirent part au combat par le biais de leurs regards et de leurs cris.
Sipath n'avait qu'une seule chose à dire avant de débuter ce combat qui, elle le savait, n'allait pas être de la tarte pour le matelot d'en face. "Il ne faut pas prendre les enfants de mon dieu pour des canards sauvages mon garçon. Je suis certes une femme, mais cette "tare" comme tu le fais comprendre, m'a permis de prendre de la graine et de me sortir de bien des embuscades."

Dès la fin de sa phrase, Sipath sorti les griffes, se mit en appui, les pattes un peu écartées pour avoir un certain poids sur le sol et une plus grande facilité pour se déplacer.
"Aller, viens me voir mon mignon" dit-elle avec un air de défi.


L'homme se mit à se déplacer de façon impressionnante, surtout avec autant d'alcool dans le sang. Il arriva rapidement sur l'ecaflip et celle-ci voyant le coup arriver dériva vers la droite, mais de la pointe de son épée le matelot réussi à faire une entaille sur son flanc. Un filet de sang coula le long de son pelage. Sipath leva les yeux vers l'homme qui venait d'essayer de la tuer, et une rage s'empara d'elle.. Après toutes ces années de chasse, la bluffeuse du tapis, savait se déplacer vite et bien. et c'est ce qu'elle fit, le marin n'eût même pas le temps de contrer le coup de poing que Sipath lui envoya dans le ventre. Il beugla, mais elle n'en avait pas fini. Elle prit le visage de l'homme dans ses griffes ce qui lui fit de jolies rayures sur le faciès, approcha sa gueule vers son oreille et lui murmura : "j'ai vu que tu avais un anneau dans cette oreille, tu m'en voudra pas si je le prend comme trophée de ma victoire n'est-ce pas ?" et sans attendre de réponse elle enfonça ses crocs dans le cartilage et le lobe du marin et lui arracha un beau morceau de viande.

L'homme se mit à genoux, hurlant de douleur. Sipath sorti de sa gueule l'anneau en or de celui-ci, le mit dans sa poche et cracha le reste par terre à côté de lui.
Tout le monde était stupéfait de voir cela. Il régnait un silence de mort dans la taverne.
Le patron de celle-ci grommela quelque chose et cria : "le spectacle est fini, j'veux plus voir dégagez les saoulards !"

Sipath qui senti après coup la douleur dans son flan, se rapprocha du tavernier : "Donnez moi une bouteille du rhum le plus fort que ayez avant que je parte s'il vous plait". Le propriétaire alla dans la réserve et lui rapporta une vieille bouteille poussiéreuse. "tenez fit-il. faites gaffe c'est pas du laitlait à la fraise c'te bête là. ça vous f'ra 30 kamas".
Sipath sorti sa petite bourse et lui donna l'argent.

Elle se tourna vers l'équipe du Capitaine. "Maintenant vous me suivez dit-elle sèchement. Vous porterez votre pote jusqu'au bateau, j'ai pas envie de me casser une griffe."

Ils sortirent de la Taverne et se dirigèrent vers le navire. Il faisait presque nuit noire et de faibles lampions pendaient de part et d'autre sur le navire.
Sipath était suivit de prés par l'équipage qui n'osaient plus parler après ce combat. Maintenant il fallait que l'ecaflip réfléchisse à comment expliquer ce qui s'est passé dans la taverne au Capitaine. Et que celui-ci accepte toujours de prendre à son bord une fanatique de Vanne Gogeuh.
Cette image la fît rire, ce qui décontenança les petits protégés.

HRP:
 


Sans toi les émotions d'aujourd'hui ne seraient que la peau morte des émotions d'autrefois ....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tsanas
4 Clefs
4 Clefs
avatar


Masculin Divinité Pandawa
Âge Âge : 38
Origines Origines : Terrdala
Compétences Compétences : Maître d'armes
Messages Messages : 124

MessageSujet: Re: [RP] A bord du Grand Trois   03.08.14 14:23

Le capitaine étant retourné sur le pont, il ne restait que Tsanas, le Quartier Maître et les trois prisonniers dans cette pièce éclairée à la seule lueur de la flamme d'une lanterne.

Le Quartier Maître lança au pandawa : "Il temps de t'attacher maint'nant" puis il ouvra une cellule située à côté de lui "Allez rentre, j'vais t'accrocher les mimines !"

Mais le guerrier n'entendait pas cela de la même façon, il voyait là une autre opportunité de pouvoir parler avec lui car il ne le jetait pas violemment dans cette cage mais lui demandait d'entrer calmement. Puis il se leva, sa taille imposante le fit regarder de haut le pirate et il lui dit sur un ton conciliant : "Ne pensez-vous pas en votre âme et conscience que son jugement a été sévère et soudain ? Je veux dire, bien sur que je me suis infiltré dans votre bateau là où je ne devais à priori pas me trouver mais me jeter au trou sans plus de réflexion n'était pas digne d'un aussi grand capitaine. J'ai du potentiel à utiliser à son avantage et je sens que vous l'avez remarqué. Vous ne pouvez pas rester indifférent à vos pensées, exprimez vous ! Dites moi ce que vous auriez fait à sa place."

Le Quartier Maître qui ne s'attendait pas à ça remonta les sourcils d'étonnement à l'écoute de ces paroles puis répondit un peu perdu : "Beh t'sais moi j'ai pas d'avis à donner. C'est le cap'taine qui décide et moi j'obéis. Mais j'pense qu'il a pensé un p'tit peu vite. Mais j'respecte sa décision, donc va au trou !"

Tsanas sentant une brèche ouverte surenchérit sur le pirate fébrile en le regardant droit dans les yeux : "Tu es Quartier Maître après tout, tu peux aussi prendre des décisions ! Tu dois montrer que tu existes et donner ton avis auprès de plus haut que toi pour faire bouger les choses... Au final, je n'ai fait que dormir, ce n'était point dans une mauvaise intention que je suis venu ici et tu le sais mon ami."

Le pandawa avait touché la corde sensible, l'homme se sentait terriblement seul dans ses sorties en mer et le fait qu'il le nomme comme son ami l'avait profondément troublé : "Ton ami... Que m'dis-tu là vagabond, nous nous connaissons à peine ! Et j'dois t'enfermer, tu ne peux pas m'apprécier."

C'était l'occasion et l'homme à la peau noire et blanche y plongea instantanément : "Bien sur que si ! Je peux sentir quand quelqu'un mérite ma considération et c'est le cas avec toi ! Tu es quelqu'un qui donne envie d'en connaître plus et je dis ça avec la plus grande sincérité du monde." Le pandawa lui prit les mains et continua son discours "Je pense que tu es seul, mais les autres ne savent pas ce qu'ils ratent. Chaque personne mérite qu'on s'intéresse à elle, même toi."

Bien que ceci peut paraître étonnant pour un marin, le Quartier Maître s'en est vu ému et déboussolé aux mots chauds du voyageur et lui sorti d'une voix fébrile : "Pars, vite. Le cap'taine ne te verra p'tetre pas si tu passes par une brèche qui s'trouve sur la porte juste à gauche. Tu n'mérites pas de rester enfermé ici... Mon ami !" 

Le pandawa se vit à son tour tout aussi étonné de ces mots et n’est pas arrivé au résultat escompté. Il reprit en se mettant droit comme un I, torse bombé, regard loin devant lui... Une carrure impressionnante avec une voix tout aussi imposante : "Je ne veux point partir ! Je ne pense pas avoir été clair sur mes intentions. Ce que je veux est ma foi simple, me montrer utile. Étant adepte des potions et autres breuvages, je sais par expérience que lorsqu'un seul ingrédient diverge ou se trouve manquant, c'est toute la solution qui s'en trouve affectée. Pour obtenir la qualité parfaite, la pureté d'une seule et même potion il faut la présence et l'harmonie de chaque ingrédient. Sans ce mélange justement dosé, le goût et les propriétés de toute la potion pâtissent. Cependant il arrive que certains ingrédients ne coïncident pas ensemble, tel l'eau et l'huile. Pour parer ce problème, nous mettons un émulsifiant comme le jaune d’œuf dans une mayonnaise. Je serais l’émulsifiant qui permettra de faire tenir durablement le mélange tout en laissant chaque ingrédient donner son goût pour confectionner la meilleure mayonnaise ! Il est important qu'un breuvage ait une bonne cohésion afin de pouvoir rencontrer un autre met sans se disloquer à la première bouchée. Chaque chose a plus ou moins d'importance et certaines sont INDISPENSABLES !"


A ces mots, les prisonniers se réveillèrent et l'un d’eux gronda avec ses dernières forces : "MAIS DEGAGE LE PAR IOP, OU JE VIENS L’ÉTRIPER MOI-MÊME DES QUE J'EN AURAIS L'OCCASION !"

Un tac-tac familier s'entendit derrière la porte. Ce renvoi de bruits incessant jeta un silence dans la pièce et par cette même porte revint le capitaine du navire. Il s'empressa de répliquer calmement : "Vous allez vous taire, je n'en peux plus d'entendre crier. Le prochain qui parle, je vous garantie qu'il ne reverra plus jamais la lumière du jour." Puis il pointa du doigt le pandawa "Toi, tu commences à m'énerver. Arrête tes beaux discours inutiles. Je te prends, je n'ai plus le temps de chercher. Monte sur le pont mais surtout, tais-toi et profite-en pour t'entraîner, tu en auras besoin. On met les voiles dès que mon équipage sera revenu, sois prêt."



HRP:
 


Dernière édition par Rakshasas le 03.08.14 20:11, édité 3 fois (Raison : tentative d'amélioration de la métaphore filée)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lib Kely
PNJ
PNJ
avatar


Masculin Divinité Steamer
Âge Âge : 51
Messages Messages : 4

MessageSujet: Re: [RP] A bord du Grand Trois   16.08.14 10:07

« Monte sur le pont mais surtout, tais-toi et profite-en pour t'entraîner, tu en auras besoin. On met les voiles dès que mon équipage sera revenu, sois prêt. »

Kely planta le gosse sur ces mots et pour la deuxième fois de la journée, entama pesamment la remontée vers le premier pont du navire. Alors que sa respiration s'accélérait, il tomba à nouveau sur le Zobal, toujours masqué, et curieusement dans la même position où Kely l'avait laissé en allant quérir Sipath. Marrant, pensa-t-il, je l'avais pas vu en redescendant aux fers... Il s'approcha de l'individu, accroupi dans une étrange position.

« Tout va comme tu veux mon gars ? lui demanda-t-il.»

Comme la question restait sans réponse, le Capitaine s'approcha du Zobal. Tendant une main vers le grand masque il le fit glisser du visage de l'intéressé, dévoilant des traits fins qui trahissaient une jeunesse certaine. Yeux clos, le Zobal était inconscient. Le propre visage du Capitaine s'assombri tandis qu'il se rendait compte du teint maladif de Mystec. Puis son regard se porta sur le masque, gisant sur le plancher poussiéreux du navire. A cause de ça ?

Se saisissant de l'objet, il le jeta dans un coin de la pièce avant une moue de dégoût, comme s'il était possédé par quelque shushu de Rushu. Et comme le Quartier Maître apparaissait au même moment derrière lui, suivi de près par le gosse fraichement recruté, le Capitaine ordonna qu'on porte l'inconscient dans une des cabines du deuxième pont.

« Tu montrera ses appartements à notre ami le beau parleur, dit-il en s'adressant à son homme de main. Il sourit. Le gars s'est évanoui, p't'être qu'en lui causant il se réveillera, ironisa-t-il. »

Mais déjà il entendait le murmure de son équipage, cette sourde rumeur qu'il connaissait bien. La fille a réussi son coup, j'me suis pas trompé. Il remonta rapidement sur le premier pont, tandis que derrière lui le Quartier Maître saisissait le corps désarticulé du Zobal. Ses hommes se massaient en effet sur le quais désormais plongé dans l'obscurité nocturne, qui ne cessait que là où les lampes à huile chassaient la nuit. Menés par Sipath, l'un d'eux saignait abondamment d'un côté de son visage. Kely ricanna. J'me suis vraiment pas trompé.

« On va enfin pouvoir partir, se dit-il, pour lui-même. Puis, à l'attention de son équipage qui commençait à monter sur le pont, il rugi : ON MET LES VOILES ! Bougez vous le derche tas de couilles molles ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noh
6 Clefs
6 Clefs
avatar


Masculin Divinité Ecaflip
Âge Âge : 25
Origines Origines : Amakna
Messages Messages : 213

MessageSujet: Re: [RP] A bord du Grand Trois   16.08.14 10:25

Les hommes s'affairent sur le Grand Trois. Certains hissent les voiles d'un rouges délavé, d'autres se hissent sur le cordage, d'autres encore frottent vigoureusement les planches avec de grandes éponges imbibées d'eau sale. Certains hurlent des ordres, certains les appliquent. L'agitation est telle que la vigie ne peut distinguer qu'un fourmillement incessant, du haut du grand mât.
La nuit est à présent tombée, et la seule source de lumière provient des lampes à huiles accrochées ça et là au bastingage. Les matelots peinent à s'y retrouver dans cette obscurité oppressante, mais les ordres sont les ordres.

Le Grand Trois s'enfonce dans la nuit, avec à son bord nos trois aventuriers, quittant pour un bout de temps le port de Madrestam.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [RP] A bord du Grand Trois   

Revenir en haut Aller en bas
 

[RP] A bord du Grand Trois

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [RP] A bord du Grand Trois
» La Circumnavigation du Learjet 45 sous Flight Simulator par Michel Lagneau
» [Moc] Grand Monstre à trois têtes
» J'invoque le grand savoir des fan de Touhou! et surtout de Utsuho
» Un deux trois, trois p'tits chats ! (Pour le plaisir, la vidéo d'Adibou)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Compagnie des Zindes - Rykke-Errel :: PARTIE RÔLE PLAY :: Les Pérégrinations Pélagiques-