La Compagnie des Zindes - Rykke-Errel
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.


Clan Rôle Play de Rykke-Errel
 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion

post haec

Le Deal du moment :
Code promo Cdiscount : -5€ dès 59€ ...
Voir le deal

Partagez
 

 Le mythe du Chant de guerre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Eclipseo

Eclipseo


Masculin Divinité Iop
Messages Messages : 222

Le mythe du Chant de guerre Empty
MessageSujet: Le mythe du Chant de guerre   Le mythe du Chant de guerre RT1aivT28.11.12 17:34

En l'an 642, le 18 Fraouctor, un groupe d'amis fut rassemblé pour un seul et même but : faire naître leur guilde.
Ils étaient 6 : Kwis-cats le Félin, Night-Shadow le Volontaire, Sibelius l'Éleveur, Arthalis le Preux, Thirlasa le Fourbe et Lead-demon le Prince de Brâkmar. Des amis inséparables, dont aucune créature n'avait réussi à venir à bout. Ainsi, leur guilde fut nommée "Le chant de guerre", en l'honneur de la mélopée qu'ils entonnaient en se lançant au combat. Sa devise fut déclarée facilement, faisant référence à l'amitié entre les membres et à leurs aventures :

"De mon ami l'appui, de mon ennemi le pourfendeur. Guerrier je suis, guerrier je reste. Le chant de guerre retentira !"

Tout semblait aller pour le mieux dans le meilleur des mondes... Mais un glacial jour de Novamaire, une terrible trahison fut accomplie. Profitant d'une absence prolongée du meneur, Thirlasa le Fourbe organisa un "coup de guilde" et prit le pouvoir de force. Il fit tomber le secret que protégeait Lead-demon, à savoir ses nombreux actes maléfiques, et se servit des mercenaires d'Astrub pour tenter de faire tuer son rival.

Aussi, quand celui-ci revint, il trouva une foule de mercenaires prêts au combat. Privé de ses talents démoniaques puisqu'il ne voulait pas plus se dévoiler, il entreprit de taillader ses adversaires. Il enchainait parades, contre-attaques, lorsqu'il fut frappé au bras droit par l'épée d'un garde. Blessé, il reprit le combat avec sa main gauche, se défendant comme il le pouvait. Il fut rapidement submergé, et reçut d'autres coups aux jambes qui le firent s'écrouler. Il para un dernier coup d'épée mortel avant de voir bondir par-dessus lui 2 Iops, un Écaflip et un Osamodas suivi de sa cohorte de dragonnets. Ses amis étaient là. Les coups de griffe de Kwis-cats furent remarquables, les coups d'épée des deux Iops furent dévastateurs, et les flammes des dragonnets furent...brûlantes...Ils mirent en déroute les gardes et se précipitèrent à la rencontre de Lead-demon qui tentait tant bien que mal de se relever. Ils étaient les héros du jour. Sans eux, il serait mort, c'est pourquoi il les gratifia tous d'un regard chaleureux, véritable exploit pour un démon.
Ils l'emmenèrent dans leur maison de guilde, à Frigost.
Devant le feu, ils lui contèrent tout depuis son départ. Thirlasa n'était pas encore revenu, mais il n'allait pas tarder. Ils écoutèrent son plan : il fallait se débarrasser du traitre.

Un peu plus tard, Thirlasa le Renégat, comme il sera maintenant nommé, trouva ses amis attablés autour d'une chope de bière.
"Lead-demon le boulet a été tué, nous buvons pour fêter cela, s'écria Kwis-cats.
- Mais nous n'avons plus de boisson. Peux-tu, puisque tu es debout, aller en chercher dans la cave?" compléta Arthalis dont les joues rougissaient.
Les trouvant plus distants que d'habitude, Thirlasa accepta néanmoins. Il emprunta les escaliers vers la cave, son chandelier à la main. Soudain, il fut envahi par une vague de désespoir et de malheur. La porte claqua et le chandelier s'éteignit brusquement.
Il comprit. Un démon était présent, mais pas n'importe lequel. Ainsi donc les autres lui avaient menti.
Alors, il sortit ses dagues, et frappa, frappa jusqu'à n'en plus pouvoir. Un nuage de brume se fit, commença à l'asphyxier. Une voix retentit; celle de Lead-demon, qui ne cherchait plus ici à cacher sa véritable identité.
" Thirlasa, tu nous as trahis. Ta quête de pouvoir a été plus puissante que ton honneur. Tu as eu un comportement effroyable, tu auras donc une mort effroyable. Bonne chance dans ton passage vers l'au-delà."
Aussitôt, un ricanement se fit entendre juste à côté du renégat, qui tomba d'effroi.
Des chaines semblèrent se soulever derrière lui : il rampa vers un coin de la salle. Le mur trembla, il cria et vit soudain un œil dans l'obscurité. Il y reconnut la funeste signature du démon, et ferma les yeux, attendant la mort. Il attendit longtemps, très longtemps, dans l'obscurité. Lorsqu'il ré ouvrit les yeux, aucun maléfice ne semblait être en oeuvre. Tremblant de tous ses membres, il alluma son chandelier et s'élança vers l'escalier. Il atteignit la porte, pria pour qu'elle s'ouvre.
- Ouf, s'exclama-t-il lorsqu'il put tourner la poignée. Il avança et se cogna à un mur, ce qui lui fit dégringoler les escaliers.
Étourdi, il vit la porte disparaître. Il prit une pelle et remonta, franchissant les marches quatre à quatre. Il ouvrit la porte et arma son bras portant la pelle...
Mais celle-ci ne heurta que le sol, quelques secondes après que les deux dents du démon se furent enfoncées dans la gorge de sa victime, la tuant sur le coup.

Dès lors, Lead-demon redevint meneur.
Sibelius, Arthalis, Night-shadow, Kwis-cats et lui continuèrent à faire progresser la guilde. Ils se mirent à la recherche d'autres Amaknéens ou habitants du Monde des Douze pour les épauler dans leurs aventures. Ils retrouvèrent par exemple Lyz, une jeune Cratte d'une extrême puissance, mais aussi et surtout une ancienne amie, qui accepta de revenir parmi eux.


Un enclos fût acheté pour permettre à Sibelius un élevage encore plus intensif. Celui-ci fit prospérer ses affaires grâce à la vente de ses dindes, qu'il chérissait tout particulièrement.
Un jour que les amis étaient invités à la table du roi Allister, Sibelius lui offrit en gage de remerciement un couple de dragodindes pur sang. Elles étaient descendantes des plus rapides dindes du continent Amaknéen, et cela fit grand plaisir au roi. Pour remercier Sibelius sans oublier la guilde dont il faisait partie, le bon roi Allister signa une ordonnance permettant au Chant de guerre de faire travailler des percepteurs à leur compte.
Ces percepteurs étaient des créatures mi-homme, mi-cheval douées de l'art de récolte de ressources et de taxes. Fort importants pour le coffre de la guilde, ils permettaient également à celle-ci de se faire connaître.
Night-Shadow se découvrit un talent musical. Il visitait les différentes tavernes d'Amakna afin de faire connaître sa musique. Il était un véritable révolutionnaire de la musique Amaknéenne. Plus basé sur la musique violente, respectant ses instincts de Iop, il avait nommé son meilleur morceau "Retour dans le noir" et était une star de la "musique métal" comme il avait choisi de l'appeler.
Kwis-cats, lui, soutenait Night-Shadow, composait ses chansons. Fan du célèbre groupe Pandachine et de son tube "Panoplie de l'aventurier", il s'en inspirait pour proposer de nouvelles chansons à Night-Shadow.
Arthalis, de son côté, se démenait, combattait tout ce qui pouvait lui tomber sous la main. Peu de créatures lui résistaient à présent.
Et Lead-demon... Il continuait ses sombres actes et perfectionnait ses maléfiques desseins. Chaque jour, une nouvelle victime Bontarienne était retrouvée, des traces de dents au cou. Une folle peur envahissait le continent, on parlait de vampire. Mais peu connaissaient la vérité sur l'auteur de ce massacre. Peu savaient qu'il était le Prince de Brâkmar en personne.

Un soir, qui fut peut-être l'un des plus importants moments de la naissance de la guilde, Lead-demon expliqua à ses amis l'origine du chant de guerre qu'ils chantaient ensemble depuis des années. Il fut composé il y a de cela plusieurs dizaines d'années. Lead-demon n'était qu'un enfant lorsque le plus grand gladiateur que Brâkmar aie connu fit son apparition dans l'arène de la Cité Sombre. Il se faisait nommer Gladiatoris et était reconnaissable par sa manière impressionnante de se battre, par sa maîtrise des armes, mais aussi par ses habits : il était toujours coiffé d'un heaume doré à pointes d'obsidienne. Il ne portait pas de cotte de mailles, jugeant cela trop lourd et gênant, mais il s'équipait de simples vêtements noirs comme une plume de corbac. Le seul élément remarquable de son haut était une croix fourchée couleur rouge vif. La légende voulait qu'il l'eût dessinée avec le sang de ses nombreuses victimes. Il revêtait une longue cape déchirée couleur or, qui reflétait les rayons du soleil, quand elle y était exposée.
Un jour, Lead-demon était allé assister à un combat avec son père, à l'arène. Quel spectacle que la foule de chafers en délires, scandant le nom des différents guerriers opposés à Gladiatoris. Puis, lorsqu'était venu le moment d'entrée du héros, la foule s'était tue, puis avait crié et cliqueté le chant qu'il leur avait fait découvrir. Son chant, sa signature, ce qui terrorisait ses adversaires avant même qu'il n'arrive. Puis le combat avait commencé. Un contre trente. Et il les avait anéantis, massacrés. Alors, devant des spectateurs toujours plus assoiffé de sang, il s'était exclamé:
"Peuple de Brâkmar, n'en avez-vous pas marre? N'êtes-vous pas satisfaits? Cela ne vous suffit-il donc pas?"
Les chafers avaient répondu en entonnant son chant. Alors, il avait lui aussi émis la mélodie. Il avait poursuivi sa mélopée, dont personne ne connaissait la suite. Seul devant des milliers de personnes, il avait scandé le Chant de Guerre, son Chant de Guerre. Et personne dans l'arène ne pouvait l'accompagner. Tous découvraient la suite de ce chant. Tous... Sauf un; Lead-demon avait murmuré, seul dans son coin, en même temps que le gladiateur, cet hymne à la violence. Le gladiateur avait senti cela, et l'avait fixé de ses grands yeux sombres. Les flammes qui brûlaient dans ses iris avaient pris un ton plus doux en observant l'enfant.
Puis un dragon était apparu. Un grand, magnifique dragon, aux couleurs de son maître. Gladiatoris avait sauté sur son dos, devant les gardes apeurés par les crocs de la créature. Il s'était envolé, et était parti. Plus personne ne l'a, depuis, jamais revu. La seule trace qu'il reste de lui, c'est l'enfant qui la possède. Un poignard serti de pierres précieuses, et sur lequel est gravé sur la lame le Chant de Guerre.
Voici la légende devenue vérité qui enserre les origines de la guilde dans un épais brouillard de mystère.


Ablabla

Le mythe du Chant de guerre MbmueKg
Revenir en haut Aller en bas
 

Le mythe du Chant de guerre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Compagnie des Zindes - Rykke-Errel :: L'encyclopédie sacrée-